Madagascar News- Current Issues and Perspectives

Posts Tagged ‘Economy – Environment – Politics – Social’

TEMOIGNAGE TODAY: RED ALERT IN MADAGASCAR

In Economics, French, Human Rights, Politics, Society, Testimonies, Uncategorized on March 4, 2015 at 3:20 am

Sad News in Madagascar. Old and new compounded, Madagascar is literally sinking, getting buried under rising watersCyclone after cyclone, Madagascar and its population struggles to withhold the sad truth: hope is a fading dream. The tides of people’ s desperation and helplessness are not getting lower, as even the driest regions and now the capital region of Analamanga, also known as Antananarivo or Tana, have been hit by high waters. Madagascar needs help. It is evident that the Malagasy Government  was not prepared for this disaster, and much less for any ensuing ones. The following is a most recent story, straight from Madagascar.

Madagascar: Le Ciel est Gris

Analamanga Region - March 3, 2015

Analamanga Region: Clear here – March 3, 2015 ©MarcSteave_DagoNewsReader

 

Madagascar , appelé « l’Ile Rouge », est frappé chaque année par des catastrophes naturelles. Situé dans la zone de l’Océan Indien, il ne peut pas  être épargné par les dépressions tropicales lors des saisons de pluies, parfois transformées en cyclones. Ces dernières années, plusieurs régions de l’île ont vraiment souffert. En 2012 le cyclone Giovanni a ravagé la partie Est; deux semaines après la tempête Irina n’a pas ménagé. En 2013 Haruna a fait plusieurs dégâts, et cette année le cyclone Chedza a fait enregistrer près de 69 décès et 156 178 sinistrés. Plus de 54 000 personnes ont été déplacées suite aux effondrements des maisons et des glissements de terrains. Des éboulements de terrain ont coupé plusieurs routes nationales rendant ainsi difficile sinon impossible les liaisons entre les régions, ce qui rend encore plus difficile les approvisionnements. Pire encore: alors que le riz est l’alimentation principale de la population, des centaines d’hectares de rizières sont complètement détruites. Et alors que le Gouvernement n’a encore  pratiquement pas  trouvé la solution pérenne à ce lourd bilan, le cyclone Fundi a causé plusieurs milliers de sinistrés et d’inondations dans le sud de Madagascar. Comme c’est encore la saison des pluies, les précipitations sont très abondantes ces derniers jours si bien que selon le bulletin hydrologique la plaine d’Antananarivo est en alerte rouge depuis une semaine.

 

Un Bilan Plus que Lourd: Décès, Sinistrés, 4 000 ha de Rizières Anéantis

Un bilan plus que lourd depuis ces vingt dernières années car toutes les plaines d’Analamanga sont aujourd’hui inondées dû aux pluies incessantes depuis près d’une semaine ; quatre digues de protection ont cédé jeudi dernier vers 3h du matin, dont trois de la Sisaony. Toute la commune rurale de Soavina (partie Est de la ville) est totalement inondée avec ses 500 maisons d’habitation. Les responsables de cette commune ont évacué d’urgence les sinistrés avec les moyens du bord, le corps des sapeurs- pompiers est venu prendre le relais plus tard. Les mesures d’urgence sont maintenant prises par le Ministère chargé des Travaux publics pour la réparation de la route et des digues sur cette partie pour empêcher que toute la zone Forello de Tanjombato et même la capitale ne soit  inondée. Il en est de même dans la partie Ouest où deux digues de la rivière d’Imamba ont rompu coupant la route qui relie la Capitale de Sabotsy Namehana. L’eau est montée jusqu’à 1,50m au-dessus de la route. Des voitures ont été emportées par les courants d’eau et les communes environnantes sont actuellement sous l’eau. Les statistiques établis par le Bureau National de la Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) sont plutôt lourds pour ces quelques jours ; 16 décès, près de 41 581 sinistrés, plus de 20 000 personnes ont été contraints à quitter leurs maisons dans la région d’Analamanga . Dans la région d’Alaotra qui est le silo du riz, 4 000 ha de rizières sont anéantis. Ce bilan n’est que provisoire cependant. Toujours est-il, la vigilance est à l’ordre du jour car les zones à risque sont nombreuses.

Insalubrité Persistante

Un problème majeur est le manque de sites d’hébergement pour les sinistrés. Les tentes s’avèrent insuffisantes. Le manque d’hygiène dans ces sites persiste car plusieurs familles sont hébergées sous une même tente. Beaucoup de familles sont hébergées par de bonnes volontés. Jusqu’à présent, l’on se demande comment le Gouvernement va résoudre ce problème. Certains sinistrés demandent de l’aide, et jusqu’à ce jour se plaignent d’une répartition inégale des aides: manque de vivres et de sites d’hébergement.

Pourquoi les Autorités restent-elles Silencieuses ?

Il semble curieux que malgré les appels à l’aide, dans les médias et autres, le Président de la République n’ait pas daigné descendre immédiatement sur les lieux constater de visu ce qui se passait alors qu’il s’agit d’une urgence. Il est de son devoir de le faire comme tout Président digne de ce titre, ne serait-ce que pour soutenir ces gens moralement. Mais non, le Président Hery Rajaonarimampianina n’est intervenu que plusieurs heures après l‘évacuation des sinistrés et pour déclarer que « C’est le non-respect de la loi qui nous a conduits à cette situation. Des leçons seront prises et l’État va prendre ses responsabilités. » Ah ! Mais quel respect de la loi ? En quoi ces pauvres gens n’ont-ils pas respecté la loi ? Des propos déplacés dans ce genre de situation. Est-ce aux contribuables qu’il revient de prendre des mesures préventives pour éviter ces catastrophes ? Ces gouvernants ignorent peut-être que Madagascar est un pays qui subit des intempéries ? Nous n’en sommes pas au premier cyclone …. Ne parlons pas de l’état de toutes les routes à cause des pluies, quelles solutions ? A qui la faute ? Qui doit prendre les décisions ? Les mesures ? Certains membres du Gouvernement disent que les inondations sont causées par ces constructions illicites sur les bords des digues et canaux. Certes, ces personnes n’ont pas respecté la loi, mais qu’ont fait les responsables de la Commune pour empêcher ces constructions ? Pourquoi n’avoir pas éduqué ces personnes sur les dangers que cela peut occasionner. Pourquoi ne pas offrir l’opportunité de faire des logements sociaux ? De l’argent de l’Etat est bien dépensé autrement que pour des nécessités. Encore une fois, la météo prévoit de fortes pluies pour la semaine à venir. Espérons que les solutions prises par le ministère de la Défense nationale et le BNGRC vont beaucoup aider.

E. Raeliarisoa

E. Raeliarisoa est Consultante Juridique, spécialisée en contentieux en matière civile, commerciale et sociale. Elle accompagne les entreprises en création, diagnostic et gestion de projets, et prête conseil aux particuliers. Elle habite la banlieue de la Région d’Analamanga.

Advertisements

Extraits de News sur Madagascar – Economie – Vie Sociale- Politique – Environnement

In Culture, Economics, French, Pictures, Politics, Society on September 9, 2014 at 5:26 pm

De toute évidence, la question de l’environnement, préservation des cultures et de la flore et faune est un sujet intarissable mais aussi pointu à Madagascar.

Environmental issues take huge proportions in this biodiversity jewel. Addressed inadequately, they cascade down into social and economic disasters. Madagascar, if at all, is on a very long road to recovery. It will take changing the whole mentality and going back to its own sources. Will that ever happen?

Invasion de crickets à Tana

(France24.com)

Comments on this article by by Jennifer S. Holland and on this other one are more than enough to make Madagascar realize that information is important. Comments can be outrageous.

And as a response yes, people, the common people DO care that there is an invasion with all that it implies. Lack of timeliness, and understanding of the importance of consistency in measures against crickets invasion, consistency being crucial due to the length of the biological cycle of the crickets, is deplorable. Efficacy and efficiency is sacrificed to “political” agendas and economic constraints. That being said, two or three serious issues remain: 1) The population at large is victimized and they DO care and are defenseless; 2) Information is not sufficient as people do not understand that environmental issues have contributed to make crickets unedible – Yes, some people eat crickets in Madagascar just as some people eat dog food in industrialized countries – 3) The economic situation has been critical for too long of a period: people worry about daily survival more than anything else. They lack the energy to think forward.

Trafic de Produits Rares, Semi-précieux et Précieux

Des engagements ont été pris par les autorités publiques, les forces de l’ordre, mais le trafic de bois de rose à Madagascar continue à subsister. Apparemment, il s’agit d’un véritable réseau que ni dirigeants ni forces de l’ordre n’arrivent plus à maitriser devant l’ampleur du  trafic.

Des responsables des forces de l’ordre affirment pourtant que des bateaux assurent le transport des cargaisons vers des destinations qui ne sont pas inconnues : des ports de l’Afrique,  et que la destination finale serait la Chine Continentale .   Nul n’est pourtant sans savoir que ces bois précieux  font  partie des ressources naturelles des aires protégées de la Grande île, mais les autorités semblent impuissantes devant ce trafic. Où en est la réglementation concernant la protection de ces richesses naturelles  à Madagascar ? L’association AVG (Alliance Voahary Gasy) s’est engagée pour éradiquer ce mal  jusqu’à même demander l’application de peines pénales. Encore faut-il que cette association puisse, à travers ses actions, mener à bout ses bonnes intentions.

Il n’est pas exclu de supposer qu’une corruption à grande échelle empêche l’éclaircissement de l’affaire. D’autant plus, le manque de mécanisme de pénalisations  serait un facteur d’échec d’une opération concrète pour une intervention efficace.

La mise en place d’une  juridiction spéciale deviendrait un impératif autrement ces exportations illicites vont continuer. C’est le mal de tous les pays sous développés, car ces exportations ne privilègent que quelques individus. Faut-il  instaurer des moyens plus légaux pour la vente de ce genre de produits ? ou aussi créer une industrie ? ou encore, ériger une loi internationale ? L’implication plus soutenue de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) serait souhaitée.

Eliane Raeliarisoa, Consultante Juridique

Related to this article: Transformer le bois de rose localement

Panic and Ebola: Potential Threat in Madagascar with Frontiers Remaining Open

It could not fail: the latest worldwide concern is emerging in Madagascar: Ebola virus! The situation could become crucial if points of entries are not strictly observed. Apparently the Ministry of Health has taken some measures at Ivato, the international airport, following a suspicion of Ebola case from a citizen who left Liberia. The subject has tested negative, according to offical sources following tests at the Pasteur Institute.

Panic at Tamatave where a boat from Liberia, among other stopping points, had coasted, despite refusal from authorities. With frontiers remaining open in the absence of restrictive recommendations from the Indian Ocean Commission,  will the US$300,000 budget will be enough to prevent any potentially devastating contamination in this extremely vulnerable country?

Barataria - The work of Erik Hare

I don't break news, I fix it.

The Cyber Observer

Dadandry is on observation mode

valeriu dg barbu

©valeriu barbu

joeseeberblog

This WordPress.com site is the cat’s pajamas

Rizhen Topic

Art, Culture, Quotes, love, Sport, Trending Topic

Moolta

The official Moolta Blog

a peace of conflict

war, peace and conflict transformation

WordPress.com

WordPress.com is the best place for your personal blog or business site.

%d bloggers like this: